Interview: Master of Ring

Il n’y a pas une seule sortie, ou je ne me suis pas intéressée à une personne. Ce n’était pas la première fois que je le rencontrais, mais je n’avais jamais osé lui parler. Il avait déjà pris des photos de moi, mais nous n’avions jamais échangé plus qu’un sourire. Pourtant il a fait parti de mes premiers contacts sur facebook. j’ai beaucoup de contact mais ne maîtrisant pas trop cet interface internet, j’avoue ne pas m’en servir beaucoup. Par timidité je n’ose pas aborder les gens. Et oui cela m’arrive d’être timide. Pourtant cette fois ci j’ai osé l’aborder et je l’ai même interviewé.

tanyaML : Comment avez vous découvert le BDSM ?

Master of Ring : On peut dire que c’est le BDSM qui m’a découvert…

Je m’explique : J’ai commencé à pratiquer des jeux SM il y a une trentaine d’annés, à cet époque le terme BDSM n’existait même pas.

tanyaML : Comment cela a t’il commencé ?

Master of Ring : Ce n’était pas tellement des paroles mais plutôt des actes. J’ai commencé à faire joujou avec ma première amie. J’ai continué avec ma femme a qui j’ai percé les seins il y a 25 ans environ. A l’époque le mot « piercing » était totalement inconnu en France. Tout ce passait dans l’intimité de la chambre à coucher, ce n’est que presque vingt ans plus tard, que j’ai commencé à pratiquer dans un club SM parisien : « Cris et Chuchotements ».

 tanyaML : Comment avez Vous connu le club « Cris et Chuchotements » ?

Master of Ring : J’étais avec une personne attiré par le BDSM. N/nous avons commencé à pratiquer dès que je l’ai connu, c’est venu naturellement. J’avais inconsciemment du le lire sur son visage. C’était en elle, caché au fond mais bien présent. Une envie insatisfaite depuis des années. Ses partenaires précédents l’avaient un peu prise pour une folle quand elle avait demandé cela. Il faut comprendre que dans la tête de la plupart des personnes SM = se faire mal = maladie mentale. En réalité ce n’est rien de tout ça. Il s’agit simplement de laisser libre cours à ses envies, une sorte de lâcher prise qui est finalement très bénéfique à l’équilibre mental.

Puis elle a eu envie de faire cela en public, car elle a un petit côté « exhib ». Elle a recherché sur internet et elle a trouvé un club SM sur Paris : Cris et Chuchotements. N/nous avons décidé d’y aller.

tanyaML : Et cela Vous a t’il plu tout de suite ?

Master of Ring : Oui cela N/nous a plu. Par la suite elle a eu un peu peur qu’il y ait une escalade donc N/nous avons fait une sorte de pause. pour finalement y retourner quelques mois plus tard. En ce qui me concerne, et c’est le cas pour pas mal de personnes, pratiquer le SM ne conduit pas à une escalade bien au contraire. Je me sens complètement épanoui et Je constate que les personnes qui partagent mes moments de « jeux » le sont aussi.

tanyaML : Vous avez commencé à faire de la photo rapidement ?

Master of Ring : La photo est quelque chose que je pratique depuis toujours. j’ai toujours été entouré d’appareils photos. Mais ce n’est que dans j’ai commencé à fréquenter les soirées Fetish que je me suis remis à faire des photos, et ce de façon semi-professionelle. Je voulais que l’on comprenne que l’expression de ses envies et fétiches peut contribuer à rendre les gens équilibrés. Comme une soupape de cocotte minute que l’on peut ouvrir pour évacuer le trop plein, avant que la cocotte explose. On peut ainsi évacuer le stress de la vie quotidienne. Poour moi la plupart des gens qui fréquentent les soirées Fetish/BDSM sont plus équilibrés que bien des personnes dans le monde « vanille »*. Moins frutrés et plus épanouis. 

tanyaML : Lors de N/notre premier échange, Vous m’avez confié faire du Kinbaku**, comment avez Vous commencé?

Master of Ring : C’est aussi avec cette compagne que j’ai commencé à faire du Kinbaku en public,. J’ai ensuite rencontré Francis Dedobbeleer il y a un peu plus d’un an et c’est ainsi que j’ai commencé à fréquenter ses soirées  (Nuit Demonia, Nuit Elastique, Cosy Party) et à faire des performances de Kinbaku notamment à la Cosy Party.

tanyaML : Comment Vous êtes Vous initié au Kinbaku ?

Master of Ring : J’ai commencé à attacher ma copine il y a plus de trente ans sans même savoir ce que Kinbaku voulait dire . Ce n’est que beaucoup plus tard , avec la personne avec laquelle Je suis allé en club, que Je l’ai fait en public. J’en avais envie et elle aussi. J’ai voulu aller plus loin, et internet a été une source précieuse d’informations. Je fonctionne beaucoup à l’instinct, mais il faut avoir conscience de l’aspect esthétique et pratique. Il faut que cela soit solide, élégant et surtout « secure ». C’est dans cette période que N/nous avons connu beaucoup de personnes du milieu comme Mastermind et sa soumise salomé.

tanyaML : Aviez Vous conscience que Vous alliez faire partie des personnes qui allaient tenir un rôle déterminant ?

Master of Ring : N/Nous n’étions pas conscience à l’époque de l’impact de l’image. O/on y allait et O/on jouait tout simplement.

tanyaML : Pensiez Vous qu’un jour on vous dirait que Vous aviez donné la vocation à quelqu’un ?

Master of Ring : J’en ai pris conscience que très récemment, il y a moins d’un an. Ma façon de faire avait laissé les gens assez admiratifs. C’est là que je me suis rendu compte que J’avais des admirateurs et que mon nom commence a être connu internationalement.

tanyaML : Avez Vous une soumise actuellement ?

Master of Ring : Oui J’ai une soumise depuis deux ans.

tanyaML : Quelle relation avez Vous avec elle ?

Master of Ring : Ma relation avec elle est uniquement amicale en dehors des jeux SM. Maintenant Je sépare les jeux SM et l’amour. Je ne pratique pas de sexe pendant le jeu SM. Il est plus facile pour moi de « switcher »moi-même avec deux personnes différentes que de me comporter de deux manière avec la même personne. Pendant les soirées Je suis le Maitre , Je peux dominer ma/mes soumises ou bien des personnes que Je croise dans la soirée. Il n’y a pas de relation amoureuse, pas de sexe, pas de jalousie. On donne juste de « l’amour » mais de façon différente. Je fais plaisir à une personne qui a envie de s’abandonner à moi. C’est un peu comme une thérapie chez le psy : n vide son sac et on repart plus léger… et moi J’aime faire ça. A la maison Je suis un homme très doux très prévenant avec ma chérie.

tanyaML : Pourquoi ?

Master of Ring : J’ai plus de facilité à donner des calins, de la tendresse, des mots d’amour à une femme vanille. Il y a une des deux qui veut du « miel » et l’autre qui veut du « cuir ».

tanyaML : j’aime beaucoup cette expression. Et si Vous rencontriez une femme qui veut du miel et du cuir ?

Master of Ring : Pourquoi pas mais cela est plus difficile à gérer. Souvent on a tendance  dans un couple à compenser ce qu’on fait dans le jeu BDSM avec ce qu’il se passe dans la vie de tous les jours. La personne qui est dominée dans le jeu veut prendre le dessus dans le quotidien et c’est une source de conflit. Le mieux est de compenser le jeu avec la vie professionnelle. Je sais par exemple que beaucoup de personnes qui ont des responsabilités dans leur vie professionnelle tiennent la place du soumis dans le jeu BDSM.

tanyaML : Si Vous deviez choisir entre la photo et le Kinbaku, que choisiriez Vous ?

Master of Ring : la photo

tanyaML : Vous arrive t’il de prendre en photo Vos réalisations en Kinbaku ?

Master of Ring : Je ne peux pas faire et en même temps me photographier.

tanyaML : Est ce de la pudeur ?

Master of Ring : Nn, Je ne peux pas me couper en deux. Le Kinbaku est très prenant. D’ailleurs après une seance Je suis vidé. De plus une fois que le Kinbaku est fini, on ne peut pas laisser la personne suspendue trop longtemps et il faut être en permanence en alerte en cas de malaise ou de problèmes de circulation. Il faut faire très attention car on serre avec les cordes des vaisseaux sanguins et cela peut avoir des connaissances. Cela demande des notions anatomiques et une surveillance constante. Voila pourquoi quand Je fais du Kinbaku Je ne fais que cela. De façon générale dans toute activité J’essai de me concentrer au maximum sur ce que Je fais. Cela vient de la pratique du Zen , mais ça c’est une autre histoire..

*Vanille : sexe vanille, relation sexuelle régulière, sans fioriture ni originalité. (source wikipedia)

** Le bondage japonais(kinbaku = bondage ou kinbaku bi = magnifique bondage) est un type de bondage sexuel japonais entrant dans le cadre de jeux sadomasochiste. Il implique d’entraver celui ou celle qui tient le rôle de soumis(e)en utilisant des figures géométriques pré définies à l’aide d’une cordelette, habituellement de 6 à 8 millimètre de  diamètre, faite de chanvre ou de jute. Le mot shibari signifiant attaché ou lié, utilisé au Japon pour décrire l’art de ficeler les colis, est devenue l’appelation la plus courante, dans les années 1990, pour désigner l’art du bondage kinbaku. (source wikipedia)

Master of Ring dispose de plusieurs page sur facebook

Une page dédiée aux photos des soirées fetish :

http://www.facebook.com/pages/MasterofRings-photo/116213661722928

Une page dédiée aux performances de bondage (kinbaku) http://www.facebook.com/pages/MasterofRings-Bondage-Performer/107407305998465

Un grand merci à Rik Art pour la photographie du bondage.

Master of Rings shibari

Master of Rings piercing

Master of Rings Photographe

0 commentaires à “Interview: Master of Ring”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


  • Album : PETPLAY
    <b>tumblr_mkqr8lCb0m1s9gqgbo1_1280</b> <br />

www.les-anges-dechues.com

www.les-anges-dechues.com

Calendrier

juin 2013
L Ma Me J V S D
« mai   août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Le bogoss |
momo1775 |
cinéma gay et lesbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confessions Intimes
| belleisabelle
| hentai0manga