Interview: The Veterinarian

Quand et comment avez vous découvert le BDSM ?

J’avais environ huit ans lorsque j’ai attaché la fille de nos voisins à notre chien « swing ». Je ne sais pas pourquoi mais je trouvais cela formidable à cette époque. Aussi loin que je puisse me souvenir, il y a toujours eu chez moi cette double fascination pour la domination parfois punir une fille mais en même temps la caresser, la faire soupirer gémir et ronronner. Lorsque j’ai eu 15 ans j’ai lu le livre de Nancy Friday « Mon jardin secret » (1973). c’est un ouvrage sur les fantasmes sexuels des femmes raconté par une femme. Ce livre m’a, à mon jeune âge, donné un nouveau regard sur l’autre sexe. Outre la domination masculine, le BDSM et le conditionnnement, il y avait un chapitre « Zoo » qui m’a conduit vers ma voie et ainsi devenir « the veterinarian »; toutes les idées, les passions et les interactions symboliques ce sont ainsi réunies dans les années suivantes dans la profession de « vétérinaire » : le plaisir et la douleur, contrôler la liberté, apporter soins et protection, mais aussi la domestication et l’exploitation.

La seule chose à surmonter chez moi était encore un sentiment de culpabilité mais aussi réussir à avoir accès aux informations. Il n’y avait pas beaucoup d’accès à internet pour trouver des personnes ayant la même vision des choses que moi. Rencontrer des femmes était également difficile car le BDSM en était encore qu’à ses débuts. A cette époque on trouvait des personnes ayant besoin de servitude (j’aime encore la servitude) il y avait des jeux softs et quelques accessoires permettant de contraindre occasionnelllement une fille mais tout ceci était extrêmement rare.

Ce n’est que plus tard que j’ai pu partager mes idées avec une merveilleuse petite amie qui m’a permit de tout essayer avec beaucoup d’enthousiasme. A partir de cette période je suis devenu plus détendu et plus sûre de moi. Pourtant il m’arrive encore de faire fuir des personnes lorsqu’elles découvrent ce que je dessine.

Pourquoi préferez-vous les petgirls et les petboys ?

Malheureusement, je ne suis pas interessé par les petboys, que ce soit pour les dessiner ou pour jouer avec eux. Il y a pourtant une énorme demande à leur sujet. Il semble y avoir dailleurs beaucoup plus d’hommes soumis dans le doggyplay que de femmes du moins au grand jour. C’est une des raisons pour laquelle je dessine, pour faire une sorte de publicité, pour promouvoir cette idée et ce style de vie afin d’interesser le plus de femmes possible afin qu’elles deviennent des doggygirls. Je suis toujours très content d’apprendre que mes dessins aient pu influencer une femme pour qu’elle devienne une petgirl et en particulier une doggygirl. Pour moi doggygirl est une forme très accentuée du BDSM.

Avec un vrai chien, il y a leadership, la domination , les châtiments et les réprimandes, les soins médicaux, la soumission, l’affection, les attentions mutuelles et une grande appartenance. A une puppygirl inexpérimentée ou à une chienne il faut lui montrer ses limites et lui donner des récompenses quand elle est obéissante. Ces deux aspect de la relation sont très important pour moi. Je suis vraiment fasciné par les femmes qui sont vraiment capables de « lacher prise » et qui, dirigées par leurs Maitres sont capables de se laisser aller totalement dans leur animalité pour suivre uniquement leur instinct et leur désir au gré de l’éducation prodiguée par leurs Maitres. Il y a néanmoins toujours une partie humaine qui reste malgrès la posture et malgrès la tenue en laisse et j’apprécie beaucoup une certaine timidité et même une certaine honte d’être ainsi transformée en chienne. C’est aussi très beau de voir le désir purement animal d’être dominée et montée par un mâle. De plus, j’aime la croupe de la femme (mes compliments tanya) lorsqu’elle est transformée en doggygirl. C’est un merveilleux spectacle de voir marcher à 4 pattes une doggygirl, de la voir remuer les fesses à chaque pas avec un dogbud (plugtail).

La beautée pure je vous dit la beautée pure.

Quand avez-vous commencé à dessiner des doggygirls et pourquoi ?

J’ai commencé à dessiner des doggygirls il y a environ 20ans; mais j’ai commencé à les publier que beaucoup plus tard, il y a 12ans. la première raison pour les publier est qu’il n’y avait pas de dessins de doggygirls comme je les imaginais. J’ai donc commencer à dessiner et à écrire des histoires. Je pouvais montrer ces dessins et en discuter avec mes amies, parler de leur acceptation ou au contraire de leur aversion pour ces idées. A l’époque il était plus facile pour moi de regarder avec elles un beau dessin ou de lire une histoire bien écrite pour parler de ma passion pour les doggygirls. C’était plus facile que de s’attaquer directement à la question de la transformation d’une femme en chienne ….. Plus tard, quand j’ai commencé à publier mes dessisn sur le site de l’artiste Japonais Inuya Aigando (le site est encore très actif et je souhaite à lui et à son site une vie longue et productive !). J’ai constaté qu’il y avait des gens dont des femmes qui n’étaient pas du tout écoeurés par cette vision mais qui aimait vraiment mes idées et mon concept. Beaucoup m’ont dit qu’ils avaient eu quelques idées vagues mais ne pouvaient pas leur donner une forme réelle. Mais mes dessins exprimaient exactement ce qu’ils avaient envie.

Lorsque j’ai su cela je me suis souvenu de mon premier contact avec la collection fantasme, dans le livre de Nancy Friday quand j’avais 15ans, et l’immense soulagement et l’inspiration que ce livre m’avait apporté. A partir de ce moment, j’ai dessiné aussi pour les filles et les femmes qui voulaient se transformer en une chienne ou une jument mais qui étaient trop timides ou pas suffisament informées ou tout simplement curieuses ou indécises. Je voulais pousser leur imagination, les inciter à réfléchir à ce rôle et à stimuler leurs fantasmes. C’est une grande motivation pour moi d’attirer, de propager l’idée d’animaux de compagnie féminin, en particulier les doggugirls qui forment une très petite minorité.

The VETERINARIAN 2010.

Si vous êtes intéressé, il existe un téléchargement gratuit de Nancy Friday’s « My Secret Garden » à  http://tinyurl.com/339zfou  en cliquant ICI   

valentijnsdagbriefmarke72dpi.gif

proudowner.jpg

mostperfectcreature1000x75.jpg

lucydrinking.jpg

gettingsomecandy.gif

geschweift04zus72dpidunk.jpg

gassi3.gif

fondledbitchvet.jpg

dalmatinersmall.gif

coweringgoodgirl.jpg

browndoggygirlcrawling1.gif

bodytalkkoerpersprache.jpg

blacklicked.jpg

blackdoggygirlsketch800px.jpg

bemineveterinarian2010.jpg

askingforadance.jpg

 Version originale :

When did you discover the BDSM ? How did you discover the BDSM ?

I tied our nightbours daughter to our swing when I was eight years old – it was great, though at this time I didn’t know why it was great. As long as I can remember there’s this double-faced fascination of dominating, sometimes punishing a girl, and at the same time cuddle with her and make her pant, sigh or purr.

When I was 15 years old I read Nancy Friday’s book « My Secret Garden » 51973), a commented collection of women’s sexual fantasies, told by themselves. This book gave my youthful vague ideas about the other sex many new impulses. Besides male domination, BDSM and impregnation, there’s one chapter, « The zoo » that brought me on track becoming « the veterinarian ».

All ideas, passions and symbolic interactions somehow came together over the next years, including the paradoxical ones that can also be found in the profession of a veterinarian: pleasure and pain, control and freedom, care and protection, but also be found in the profession of a veterinarian: pleasure and pain, control and freedom, care and protection, but also domestication and exploitation.  The only thing to overcome was still a sense og guilt for a – at this time and scope of informational access – very, very rare combo of fetishes. there wasn’t much of internet to find persons, not to talk about women; and BDSM porn was still a niche business. Back then, there was bondage (I still love bondage), soft SM-play and an occasional collared or bridled girl – but those were extremely rare. Only after I got a wonderful girlfriend with whom I shared my ideas, and who enthusiastically tried it, I became more relaxed, secure and outgoing. Still, i sometimes expect leather-clad die hard 24/7 BDSM-folk to shy away from me once I tell what I’m drawing – it happened before…. )

Why do you prefer petgirls and petboys ?

unfortunately, I’m not interested in petboys, in drawing or playing with them. there are many request for them, which could be expected: there seem to be much, much more submissive males into doggyplay than females, at least in the open. That’s very unfortunate. It’s one reason I draw: a kind of advertisement for this idea and lifestyle, to get more females interested in being a doggygirl. I’m happy about every cute girl that states that my drawing have been influential for her developing this interest. Petgirls, especially doggygirls, represent for me so many different appealing sides of BDSM-flavoured relationships, in a very accentuated form. With a real dog, there’s leadership, dominance, punishment and scolding, kenneling, medical care on side of the holder; and submission, obedience, carelessness, recalcitrancy and instinct on side of the pet. and for both, there’s passion and affection, mutual care and belonging. An untrained puppygirl or disobedient bitch has be shown her limits, and given rewards when she complies – both sides are important for me. I’m fascinated by females really ‘letting go’, getting driven by their holder or mates, or getting swept away by thheir lust into their animal side, in this mode just following their instinct and their lust, depending on her holder to lead and guide her. There’s always still a human female in the costume and on the leash, and I deeply appreciate a certain shyness and shame she experiences in being turned into a bitch; but it’s also beautiful to behold when she’s turning (or being turned) into just a female animal longing to be dominated and mounted by a male. Beside all this, I love well-shaped female butts (my compliments tanya) and what better way to look at one as with a doggygirl crawling before me on her leash, enticingly wagging her plugtailed butt with every step? Pure beauty, I tell you. beauty ….

When did you started to draw doggygirls and why ?

I started to draw doggygirls about 20 years ago, but began publishing the drawing much later o, about 12 year ago. The reason to draw them in first place: There weren’t ‘any’ pictures of doggygirls as I imagined them. Anywhere. So I began drawing them, and writing stories – just to look at them, and later on to get my girlfriends to speak about acceptance or dislike of these ideas. Back then it was easier for me to look together with them at nice drawing or read them a well written story and talk about it, than to directly address the topic turning her into a bitch…. Later on, when I started publishing my drawing at japanese artist Inuya Aigando’s website (he’s still quite active – I wish him and his website a long, productive life !), I noticed that there are people – and imagine this: women, too! – who weren’t put off but actually liked my ideas and concepts. Many told me that they had had some vague ideas, but couldn’t give them a form or put their fingers on it – but my drawing expressed exactly what they were longing for. when I became aware of that, I remembered my first contact with the collection of fantasies in the book of Nancy Friday when I was 15, and the immense relief and inspiration I experienced by this book. From this time on, I drew also for those girls and women wanted to be turned into a bitch or a mare, but were too shy, insecure, or unaware of this idea, or just curious but undecided; I wanted to nudge their imagination, encourage them to think about this role, and spur their fantasies. It’s one big motivation for me to draw today, to propagate the idea of female pets, especially doggygirls. They are still a minuscule minority ……..

The Veterinarian 2010If you’re interested, there’s a free download of Nancy Friday’s « My Secret Garden » at http://tinyurl.com/339zfou

tanyaML

0 commentaires à “Interview: The Veterinarian”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


  • Album : PETPLAY
    <b>tumblr_mkqr8lCb0m1s9gqgbo1_1280</b> <br />

www.les-anges-dechues.com

www.les-anges-dechues.com

Calendrier

juin 2013
L Ma Me J V S D
« mai   août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Le bogoss |
momo1775 |
cinéma gay et lesbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confessions Intimes
| belleisabelle
| hentai0manga