Archives pour la catégorie Le BDSM

Fetish Magasine

V/vous souhaitez suivre l’actualité Fetish & BDSM en Europe,

V/vous trouverez ci-dessous une sélection de Magasine Fetish :

- scene magazine : entièrement en anglais.

- secret mag : entièrement en anglais.

- TendanSMag : entièrement en français

- Marquis : entièrement en anglais

- FetishMovies.com : entièrement en anglais

- Marquis France : entièrement en français

- FetishHorizon : un nouveau venu … en cours de construction … surprise


BDSM ATTITUDE HOME

wp524a3843.png

 

BDSM Attitude est un site, en français, en anglais et en hollandais dans lequel les fondateurs ont voulu mettre en avant leur conception du BDSM. BDSM basé sur un certain nombre de valeurs que je partage. Ce site est plein de conseils, d’explications qui permettent de mieux comprendre le BDSM. V/vous avez également des adresses de clubs, d’associations, de magasins. IL y a une partie exclusivement réservé à l’Art dans le BDSM ou le BDSM et l’Art à travers des histoires, des poèmes, des bandes dessinées…

Pour ma part je ne dirais qu’une chose …

Merci d’avoir fait se site

 

LONDON FETISH MAP & LONDON BURLESQUE MAP

londonburlesquemapissue2.jpgprlogo.jpgfetishmaplondon2010.jpg

Il est toujours difficile de s’organiser un déplacement à l’étranger. Financièrement O/on essaye toujours de rentabiliser le voyage au maximum en s’organisant plusieurs activités dans le pays de villégiature pour toute la durée du séjour. Pour seulement 3£ sterling V/vous avez maintenant à V/votre disposition de quoi organiser un week-end ou un séjour à Londres entièrement dédié au Fetish ou au Burlesque. Fini la perte de temps, la recherche pas toujours efficace sur internet pour savoir quoi faire.

Chaque adresse, chaque information a été vérifié par les créateurs.

Pour plus d’informations : Ici

BOUNDTANGO

opener2.png

Il existe différente façon d’attacher son ou sa partenaire, mais celle-ci est à mon gout unique. Ils ont lié deux univers et cela donne un résultat très réussi. Le tango d’une part et le bondage d’autre part.Certe le site est en allemand mais google est V/votre ami.  

Presse et Fantasmes

Un reportage est paru sur la télévision belge concernant les fantasmes (fétichisme, BDSM…). j’ai pris le temps de regarder plusieurs fois cette vidéo et je dois dire que j’ai beaucoup apprécié les différents intervenants et leurs explications sur chacun de leurs fantasmes. Ces personnes par leur simplicité m’ont donné envie de les connaître, de les rencontrer. je vous donne d’ailleurs le lien http://www.rtbf.be/tv/emission/detail_questions-a-la-une?id=25

En ce qui concerne les retombés de ce reportage, je V/vous laisse V/vous faire V/votre propre opinion. Car autant j’ai été touchée par la simplicité avec laquelles chaque personne a su expliquer son fantasme, que j’ai été décue des propos des intervenants. En effet, lorsqu’un premier sexologue est intervenue en disant que par exemple les adeptes du nursing étaient des malades avant tout et qu’ils devraient se faire soigner, mais que n’étant pas dangeureux ils pouvaient ne pas le faire… et qu’un deuxième sexologue a ajouté que  souvent on entrait dans cet univers par la grande porte pour en sortir meurtri par la petite porte… J’ai eu le sentiment que les journalistes, à travers ce reportage, voulaient montrer une image en adéquation avec le regard qu’ont beaucoup de personnes vanilles bien pensantes concernant le fantasme, mais qu’ils voulaient en aucun cas montrer que cela pouvait aussi permettre à bien des personnes de s’épanouir pleinement dans leur vie tant professionelle qu’affective.

 

 

- Les dangers du BDSM

Le BDSM est la recherche d’un certain plaisir, une quête vers plus d’émotions, de sensualité, vers un peu plus de bonheur.

Le BDSM peut aussi être dangereux son but n’est pas de conduire les soumises et soumis à l’hôpital ou pire encore et les Doms vers la  maison d’arrêt.

Voici le copié collé d’un article récent.

Deux maîtresses placées sous mandat d’arrêt pour coups et blessures ayant entraîné la mort

 Bruxelles:

Le corps sans vie d’un client a été trouvé mardi après midi dans les douches d’un club SM aménagé dans une villa-château à Brecht, près d’Anvers. Le parquet d’Anvers est descendu sur les lieux. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, âgée de 52 ans, de nationalité britannique, est morte par asphyxie lors de jeux sexuels de soumission. Deux femmes, une dominatrice et son assistante, ont été placées sous mandat d’arrêt hier après midi et inculpées de “coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ”. Ce décès est le second en trois semaines en Belgique dans les milieux BDSM . Fin mai, un homme de 57 ans avait été trouvé mort, dans les caves d’un club SM à Edelgem, également en région anversoise et également décédée lors de jeux sexuels, une ceinture ou un collier de soumission autour du cou (l’asphyxie érotique est censée accroître l’excitation et le plaisir sexuel). La victime, un directeur de banque originaire du Brabant flamand, était mariée et père de deux enfants. Son épouse, qui le croyait à l’agence, ignorait tout de ses activités. Pourtant, à la différence des deux dominatrices de Brecht, celle d’Edelgem n’a pas été inquiétée par la justice. Cette dame n’était pas présente. Elle louait ses installations; le client, qui pratiquait l’autobondage, s’y était d’ailleurs enfermé. Quant au club de Brecht, il recrutait via son site mrslucrezia.com . C’est un club actif depuis deux ans. Il est situé près de la sortie 3 de l’E19. Mais les scellés ont été mis mardi soir après la découverte du client mort dans la douche. Des voisins avaient demandé à maintes reprises au bourgmestre d’intervenir. Car, selon eux, tout ne se passait pas à l’intérieur et à l’abri des regards. Des scènes avaient parfois lieu dans le jardin. Mais les autorités n’étaient jamais intervenues, considérant que ces pratiques entre adultes relevaient de la sphère privée. Les seuls contrôles avaient porté sur la sécurité (anti-incendie, etc.). On y pratiquait à peu près tout ce qui se fait en matière de domination, golden shower (pluie dorée) et le scatologique brown shower; multiples variantes de bondages y compris la momification sexuelle; fixations, pendaisons et crucifixions érotiques; et différents types extrêmes de tortures. 

Les deux arrestations et les inculpations de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort découlent des résultats de l’autopsie. Hier soir, le parquet d’Anvers se refusait à tout commentaire.

Gilbert Dupont Ref : Ici

La majorité des accidents ont lieu par asphyxie.

Les dommages causés par une mauvaise irrigation du cerveau peuvent être irréversibles et ceux-ci ne sont pas forcément immédiatement visibles. Aux États-Unis, par exemple, il est estimé que plus 1500 personnes par année meurent suite à des activités d’asphyxie sexuelle. Les dommages causés par une mauvaise irrigation du cerveau peuvent être irréversibles et ceux-ci ne sont pas forcément immédiatement visibles. 

Les Degres de Soumission

Je me suis permis, avec l’autorisation de son propriétaire de reprendre une partie du texte d’introduction du merveilleux blog canadien le cercle O que je vous invite à visiter.

Si je reprend ce texte c’est surtout pour rappeler que le BDSM est vaste et qu’une grande compréhension préalable est nécessaire avant de se lancer dans telle ou telle pratique.

Voici le texte:

Si une personne vous déclare vouloir devenir votre esclave dévouée, comme personne dominante, vous avez intérêt à savoir si elle entend par là la scène du samedi soir autour d’un souper aux chandelles avec pour dessert les menottes Fisher-Price … ou si elle aspire à une relation BDSM 24/7 à long terme. D’où l’importance d’une franche et saine discussion de fond entre les partenaires impliqués avant d’entrer en interaction. 

De l’utilité des degrés de soumission 

Dans les années 1980, Diane Vera, publiait dans The Lesbian S/M Safety Manual, un texte intitulé Nine levels of submission, devenu depuis ce temps une sorte de document de référence. Ces degrés de soumission s’avèrent très utiles dans le processus de négociation des termes de l’interaction BDSM entre les participants. Loin du cadre rigide, ils servent à clarifier les intentions et offrent des balises à la personne soumise afin de l’aider à se situer, à définir ce qui l’anime, à mieux comprendre ses attentes, comment elle conçoit ses interactions. Car se soumettre… au delà des clichés et des formules toutes faites… que veut-elle dire par là ? que sait-elle de ses désirs ? connaît-elle ses limites ? à quoi elle s’attend ? Sachant cela, serais-je en mesure de la diriger, de veiller à sa sécurité tout en la dominant ? Pour la personne dominante, ces degrés permettent de savoir quels types de soumission elle est en droit de s’attendre de la part de cette personne devant elle qui déclare vouloir se soumettre, si elle est en mesure de répondre aux besoins exprimés, etc. Ceci dit, ces degrés de soumission ne sont pas une échelle où l’on débute par un premier stade léger pour progressivement déboucher vers des stades plus avancés ou extrêmes. Ce n’est pas une classification rigide non plus, ni un jugement de valeurs, ni un palmarès de ce qu’est une « bonne » ou une « vraie » soumise. Ce sont tout simplement des balises pour nous aiguiller dans notre cheminement. Si vous demandez à dix personnes soumises de définir leur soumission, vous risquez fort d’obtenir dix réponses très différentes et nuancées pouvant emprunter à plus d’un degré, selon l’interlocuteur, les circonstances, le feeling. À chacun de tracer ses besoins et limites. Même dans les cercles BDSM, tous ne s’entendent pas. Être soumise ne veut pas dire que vous devez accepter nécessairement, absolument les jeux de douleur, pour prendre un exemple. Trop fréquemment, on entend dire qu’ « elle, c’est pas une vraie soumise car elle refuse certaines choses ». Même constat pour les gens polyvalents (switch) : « ah c’est pas une vraie soumise, elle, parce que durant la soirée, elle et son partenaire changent de rôles. » Si on tente de vous faire croire ces choses, n’en croyez rien. On peut très bien affectionner les jeux de douleur sans vouloir « se soumettre » forcément. Tout comme on peut être fortement attirée par les jeux de soumission sans être masochiste. 

Enough said. 

Place aux neuf degrés de soumission selon Diane Vera. 

1. La personne carrément masochiste mais non soumise ou le libertinage sensualiste.  Formes de douleur et/ou une sexualité épicée, genre petites rudesses animales… Plus un trip des sens à ses conditions et pour son plaisir direct que le fait d’être utilisé pour assouvir le sadisme du partenaire. Pas du genre à allumer sur les jeux de douleur/plaisir en tant que tel ou à être attirée par le sado-masochisme ou des sports plus extrêmPas de servitude, de scènes d’humiliation ou d’échange de pouvoir, mais simplement certaines es.  

2. Pseudo partenaire de jeu(x). Apprécie la panoplie des jeux de rôles légers (scènes de la petite école, jouer au docteur, jouer aux cowboys/Indiens, l’infantilisme, le travestisme forcé) mais aucune forme de servitude au menu, même une fois dans le rôle. Dirige largement la scène. Cette personne compte généralement plusieurs partenaires de jeux sur une base non permanente ou sans engagement véritable.

3. Pseudo-soumise. Aime jouer à la personne soumise «pour voir» c’est quoi l’état de servitude. Peut à l’occasion aimer se sentir utilisée pour assouvir les pulsions sadistes du-de la partenaire, et même aller jusqu’à le-la servir dans certains cas, mais à ses propres conditions.  Dirige largement la scène, parfois fétichiste (adoration des pieds, par ex.). N’a pas nécessairement d’engagement émotionnel envers la personne dominante. Ne désire pas être dressée pour la soumission. Ne cède pas beaucoup de contrôle ou sinon pour de brefs moments. Désire une variété de partenaires de jeux. Peut être avec une personne dominante quelque temps, sans être prête à céder réellement le contrôle.  

4. Personne soumise dans les jeux de rôles définitivement non esclave. Offre une partie de sa volonté seulement sur des bases temporaires et à l’intérieur de limites spécifiques, et retire sa satisfaction de la soumission autrement que dans l’acte de servir ou d’être utilisée. Le suspense l’allume, tout comme le fait de se sentir vulnérable et de céder ses responsabilités. Ne dirige pas la scène sauf à quelques exceptions, mais recherche surtout son propre plaisir, plutôt que celui de la personne dominante. Joue à fond durant la scène, mais en sort une fois que tout est terminé. 

 5. Personne soumise-jouet. Lâche rarement prise hormis peut-être sur des bases temporaires, durant de brèves scènes et à l’intérieur de limites bien spécifiques. Retire sa satisfaction dans le fait de servir/d’être utilisée par la personne dominante pour des motifs de plaisir, généralement érotiques. Cherche son propre plaisir avant tout. 

6. Soumis-e. Donne réellement le pouvoir à la personne dominante (généralement à l’intérieur de certaines limites); veut servir, obéir, plaire et être utilisée par la personne dominante; souhaite offrir ses services à des fins érotiques ou non; peut même se glisser dans un rôle d’esclave à temps plein durant quelques jours.  A généralement une relation à long terme avec son-sa Maître-sse, relation faisant l’objet d’un contrat et d’un engagement profond. Est beaucoup plus dévouée aux besoins, demandes et désirs de la personne dominante, qu’aux siens propres. Son plaisir provient généralement du besoin viscéral de servir, complaire et obéir à son-sa Maître-sse. Retire une fierté de ce besoin de servir et est généralement bien entrainée. Certaines de ces personnes peuvent vivre avec leur Maître-sse sur une base partielle ou à temps plein, bien que ce ne soit pas toujours le cas. La majorité des personnes soumises portent le collier de leur Maîtresse.   

7. Soumise consensuelle mais réelle esclave, à temps partiel.  Dans une relation suivie et se considère la propriété de son-sa Maître-sse en tout temps. Veut lui obéir et lui plaire sur tous les plans dans la vie, érotiques et non érotiques. Peut dédier une partie de son temps à d’autres engagements mais Maître-sse a le dernier mot sur ses temps libres. En général, une entente spécifique et écrite lie les parties

8. Esclave à temps plein sur une base consensuelle. Hormis sur quelques menus aspects et limites, cette personne considère n’exister que pour le bien-être et le plaisir de son-sa Maître-sse. En retour, elle s’attend à être vue comme un cadeau de grand prix (propriété). Un grand nombre d’esclaves cumulent les tâches professionnelles et ménagères, et leur salaire est volontiers remis au-à la Maître-sse afin qu’il-elle en prenne soin. Vu par le prisme du BDSM, un tel arrangement tient compte du consentement de la personne esclave et reconnaît explicitement les dangers d’un tel statut, par l’échange de pouvoir en cause, ce qui se traduit bien souvent par des pré-arrangements plus clairs et définis que bien des contrats de mariage traditionnels… Un contrat écrit étant avisé dans ce type de relation, dans plusieurs de ceux-ci, on peut lire en toutes lettres que si la personne esclave demande à être libérée et que sa demande lui est refusée, alors elle doit honorer son engagement et rester auprès de son-sa Maîtresse.  

 9. Esclave entière et sans limites sur une base consensuelle. Un fantasme répandu bien que rarement appliqué dans la vie quotidienne (sauf dans le cas de certains cultes religieux et d’autres situations ou le consentement est induit par lavage de cerveau ou par des pressions sociales ou économiques). Certains puristes insisteront sur le fait que vous n’êtes pas une personne réellement esclave tant que vous n’acceptez pas de faire absolument tout ce que la personne dominante vous demandera. Plusieurs se réclameront de l’esclavagisme total sans limites…. bien que nous ayons tous et toutes nos limites, quelles qu’elles soient. Croire le contraire est illusoire.

Voila à vous de voir avec votre Maitre ou vous vous situez

et ou il désire que vous soyez.

Barcelona Fetish Weekend

Pour la Première fois en Espagne à Barcelone aura lieu du vendredi 15  au dimanche 17 avril 2011 la première

Barcelona Fetish Weekend

Vous pourrez retrouver Mistress Absolute tout droit venue d’Angleterre, Jewell Marceau des Etats Unis, Sophia Disgrace d’Angleterre, Lottie Kixx d’Angleterre et Agujafrenetica d’espagne.

Barcelona Fetish Weekend

- Le collier de soumission

 L’importance du collier dans le BDSM

 

Pour beaucoup de soumises et de soumis, et ceci d’autant plus pour les petgirls et les petboys, le collier revêt une importance considérable.

Il est bien évident que toutes les Maitresses, tous les Maitres n’ont pas forcément besoin que leur soumises ou soumis porte un objet en signe de leur appartenance. De même, les soumises et soumis n’ont pas forcément besoin de la montrer.

Le collier peut très bien être juste un accessoire de jeu. Ainsi, lors de soirée il sera porté pour montrer son statut.  La présence d’un anneau permettra éventuellement une tenue en laisse. Les players sont en général moins sensibles à la symbolique du collier; d’autres, pensent aussi pouvoir vivre leur relation autrement. Dans notre monde, ou les relations sont de plus en plus labiles, la signification du collier a peut être moins d’importance. Les players, les maitres, les soumises, préférant des relations courtes voir ponctuelles ne pourront pas y attacher le même intérêt que le Maitre et la soumise  qui se sentent unis par une relation très forte. 

Je voudrais aussi rappeler que le collier est l’article BDSM le plus vendu. Il ne faut donc pas négliger son importance.

Certaines ou certains ont  besoin d’un symbole très fort pour montrer, pour proclamer leur appartenance.

Je ne traite ici que de mon point de vue car, dans le monde des petgirls et petboys le collier a bien sur une importance considérable.

 

L’alliance que les couples mariés portent aux doigts est un signe d’union. L’union de deux êtres pour le meilleur et pour le pire. Certaines Maitresses, Maitres, soumises ou soumis ressentent également le besoin de porter un signe semblable.

Le collier est le plus bel objet qui peut montrer son appartenance car le collier rappelle celui que portait les esclaves mais il rappelle aussi celui que porte les chiens il est donc signe d’infériorité mais aussi d’appartenance de fierté et de fidélité.

Il symbolise aussi l’amour la dévotion la fidélité de l’esclave pour son Maitre. Il veut dire : « je suis soumise à Lui. Il est mon Maitre, je lui appartiens. » Il est en général remis à la soumise lorsque celle-ci se sent prête à appartenir à son Maitre c’est un signe d’engagement. Pour le Maître offrir le collier c’est reconnaître la soumise comme sienne, mais c’est aussi affirmer les devoirs qu’il a envers elle. 

Recevoir le collier de son Maître, c’est pour la soumise l’acceptation de son appartenance, mais c’est aussi l’affirmation de sa soumission.

- Dans certains milieux BDSM, il existe une cérémonie de remise du collier c’est en général lorsque la soumise passe de l’état de novice à soumise confirmée. 

- Dans d’autres cas ce collier est offert par le maitre en privé lorsque la relation est jugée suffisamment forte.

Le rêve, l’idéal, est alors de pouvoir porter en permanence un signe d’appartenance mais celui-ci doit pouvoir être porté dans les milieux vanille sans choquer.

 

Il existe d’autres symboles de soumission comme bague d’O ou le triptyque dont je traite dans un autre article. Mais ces objets n’ont pas la même force, la même signification que le collier de soumission.

Il est guère possible de porter en permanence un collier de chien en cuir celui-ci est trop ostentatoire et de plus, les êtres humains contrairement aux chiens transpirent; le cuir se dégrade donc rapidement sous l’action conjuguée de la sueur, des détergents et, éventuellement, des produits de maquillage.

Il existe par contre de très beaux colliers que l’on peut porter en permanence et qui ne choquent absolument pas même dans les milieux les plus conformistes. 

Ces colliers, mi bijoux, mi articles BDSM,  sont sans équivoques pour un public d’initiés mais ils sont parfaitement acceptés dans un monde vanille habitué à voir des objets gothiques.

collier anges dechues 2

colier anges dechues1

 

Dior et Vuiton ont sortis depuis quelques années des colliers de chien magnifiques mais peu de soumises ont des Maitres qui peuvent leur offrir de tels bijoux !!

 collier Dior

Collier de chien Dior

collier Hermes Vuitton 2bracelet Hermes Vuiton

Bracelets « collier de chien » pour femme et destinés à rappeler la gamme accessoires pour chiens de Vuitton

La soumise qui ressent le besoin de porter son collier en permanence doit avoir un objet solide.  Le symbole sera plus fort si celui-ci est large et épais. Il ne doit pas pouvoir être retiré par la soumise mais en contrepartie celui-ci doit pouvoir être porté en toute sécurité et être parfaitement anallergique.Seuls les métaux utilisés depuis des siècles en bijouterie répondent à ce cahier des charges. Les métaux utilisables sont : l’or, le titane, l’acier inox dit chirurgical, le cuivre (sous certaines réserves) et le chrome.  il faut faire très attention à l’éventuelle présence de Nikel dans les métaux utilisés. La présence d’un anneau est très symbolique.  Celui-ci peu être présent  sur le devant ou à l’arrière par désir de discrétion. Les pets comme moi porteront leur collier avec l’anneau situé à l’arrière car celui-ci est plus conforme à la tenue en laisse à 4 pattes. Je voudrais aussi vous donner la référence de quelques merveilleux textes écrits sur l’importance et sur la symbolique du collier:

- http://bdsmentvotre.erog.fr/pages/Que_signifie_le_collier_pour_un_soumise-759272.html#

- http://www.lacarpette.net 

- http://club.doctissimo.fr/heavendoor/blog/

- http://mehere.free.fr/alamut/index.html

 

- L’emblème du BDSM

Le triptyque, emblème du BDSM 

Le monde BDSM comme toute communauté éprouve le besoin d’avoir des signes de reconnaissances.

Quelques uns de ces membres essayent d’établir certaines règles, certaines bases afin que le BDSM acquiert une certaine notoriété et une certaine acceptation de la société vanille mais aussi dans le but très louable d’éliminer certains personnages guères défendables qui utilisent le BDSM pour assouvir des besoins de tortionnaires. 

Le triptyque est donc un signe de reconnaissance mais il est destiné à être suffisamment discret, suffisamment secret pour ne pas paraitre ostentatoire.

Il a l’aspect et la forme d’un médaillon. Il a été créé pour ne pas avoir de connotation évidente auprès d’un public vanille. Les personnes non « initiés » n’y verront qu’un bijou à l’allure celtique. Pour certaines personnes qui connaissent le BDSM ce médaillon est plein de sens. 

Il en existe plusieurs versions. L’originale est un cercle divisé en trois zones par des lignes courbes qui tournent dans le sens des aiguilles d’une montre.  Chacune de ces zones est percée par un trou. Il s’agit en fait d’une triskèle c’est-à-dire d’un médaillon séparé en trois parties par des branches courbes.

Triptyques BDSM:

= Cercle avec des branches courbes en métal tournant dans le sens des aiguilles d’une montre délimitant 3 zones sombres percées chacune d’un trou.

 triptyque BDSM

 

La triskèle est en une forme ancienne qui a eu de nombreuses significations dans beaucoup de cultures.

 

Quelques autres triskèles non BDSM:

 

 non triptyque

Triskèle purement celtique, il est maintenant le symbole du nationalisme breton

non triptyque2

Il s’agit d’un symbole taoïste

Dans le triptyque BDSM, chacune des divisions représentent les trois grandes familles du BDSM. B et D = Bondage et Discipline, D et S = Domination et Soumission, S et M = Sado Masochisme.

Le BDSM est au minimum un jeu érotique et à son paroxysme une relation fusionnelle totale et particulière. La ressemblance avec les signes à trois branches du Ying et du yang n’est pas innocente. Ces trois zones représentent la règle qui régie toute relation BDSM:  Safe, Sane and Consensual (SSC)Les lignes courbes montrent que la frontière entre B et D, D et S ainsi que S et M n’est pas franche  ces famille s’interpénètrent. Les bras tournent dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le médaillon est en métal, il est couramment de couleur acier pour symboliser les chaines et le collier de servitude. La couleur noire montre le coté obscur de la sexualité en BDSM. 

L’emblème du BDSM a été déposé en 1995, il est protégé par un copyright par Quagmyr@aol.com . Toutefois il est utilisable librement pour toute utilisation non commerciale et toute utilisation à but d’information au sein de la communauté BDSM.

 

 

Cette utilisation libre a donné place à de nombreuses variantes parfois très éloignées de la conception originale.

 - Je vous invite à visiter le site http://emblemproject.sagcs.net/is.htm 

 


12

  • Album : PETPLAY
    <b>tumblr_mkqr8lCb0m1s9gqgbo1_1280</b> <br />

www.les-anges-dechues.com

www.les-anges-dechues.com

Calendrier

juin 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Le bogoss |
momo1775 |
cinéma gay et lesbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confessions Intimes
| belleisabelle
| hentai0manga